Une si belle expérience - Lori Robinson

Mon blogue

Une si belle expérience

Une si belle expérience - Lori Robinson

J’avais un voisin qui était un jeune homme très charmant. Il avait fait de grandes études en mathématiques, et était devenu par la suite électronicien. Un de ses hobbies préférés, était de créer des petits robots qu’il ne tardait jamais de me montrer. Il m’en avait offert quelques-uns, parce que d’après lui, j’étais certainement la seule personne avec qui il n’avait aucune gêne en ce qui concerne son fort bégaiement. Je lui avais conseillé d’aller voir un orthophoniste québec pour remédier à sa souffrance. Il me disait avoir tout essayé pendant sa jeunesse, et qu’aucun des médecins qu’il avait vus n’avaient réussi à le lui éradiquer. Ils avaient amoindri le phénomène, mais n’avaient jamais pu trouver le chemin de la guérison.

Je retournais de temps en temps, voir mon voisin chez lui pour prendre un petit quelque chose. Il était non seulement un bon matheux, et un bon électronicien, mais aussi un excellent cuisinier. Il prenait plaisir à créer des plats et à me les faire goûter. Il devenait presque expert en tout pour dissimuler sa solitude. Il n’avait pas trouvé chaussure à son pied, car aucune jeune femme ne voulait s’attarder avec lui. Il se créait autour de lui un monde de perfection illusoire qui reflétait, lorsque l’on s’attardait un peu à le décrypter, une grande tristesse profonde. Il est vrai que l’on a toujours dit que les génies ont toujours souffert pour offrir à l’humanité quelques bribes de savoir ou de sciences. À ce niveau-là, je trouvais cela injuste.

La science légale n’a pas trouvé de réponse, allons voir autre chose. Je connaissais un chaman qui vivait seul dans la nature, au nord de Montréal. Je faisais appel à lui pour savoir s’il y avait une possibilité quelconque dans sa science chamanique de pouvoir venir en aide de ce jeune homme. Il me demandait de le ramener avec moi la prochaine fois que je venais le voir. Lorsque j’invitais mon voisin à passer quelques moments avec moi dans la nature, il fut très étonné. Lorsque je lui présentais le chaman, ils se regardaient tous les deux fixement pendant à peu près dix minutes. Je pense qu’il s’agissait d’une sorte d’hypnose. Lorsque mon voisin revenait vers moi, il parlait tout naturellement. Après avoir remercié le chaman, mon voisin passa tout le trajet du retour à pleurer dans la voiture. Lorsque l’on arrivait, il m’avouait qu’il venait de comprendre qu’il était loin de savoir quoi que ce soit. Le chaman l’avait guéri doublement.