Les varices, elle sait comment s’y prendre… - Lori Robinson

Mon blogue

Les varices, elle sait comment s’y prendre…

Les varices, elle sait comment s’y prendre… - Lori Robinson

Les varices, ça existe encore ? À notre époque? Je pensais qu’elle faisait partie des maladies qui avaient disparu comme la peste ou la rage. D’ailleurs, je ne comprends pas trop ce qui provoque ce malheureux problème. Je sais juste que les gens en parlent avec effroi. Il y a de quoi avoir peur, en plus d’être douloureux, le traitement de varices n’est pas tout le temps un succès m’a-t-on dit. Je connais quelqu’un qui s’est débarrassé des horreurs de la varice en un temps record. Marilyn, 62 ans, est réceptionniste dans un hôtel. Elle avait ses veines variqueuses, ligaturées et toutes moches.

Marilyn me décrit son calvaire en ces termes « J’ai d'abord remarqué que les veines variqueuses après la naissance de mon fils en 1978. Cette maladie doit être héréditaire dans la famille, puisque ma mère et ses sœurs en ont également souffert ».  « J’ai toujours été très fière de mes jambes. J’ai enseigné la danse classique pendant 10 ans, et souvent porté des jupes assez courtes, mais comme je grandissais mes veines variqueuses ont empiré ».  Les veines sont devenues plus grumeleuses, et je pense que Marylin en est devenue très consciente, et a fini par se mettre aux collants pour les cacher.

Dans son métier, c’est un peu délicat. En soirée, elle fait beaucoup de standing, sert des boissons au bar d’un hôtel. Elle avait le sentiment que tout le monde regardait ses jambes. Cela la rendait très mal à l’aise. Ensuite, elle décidé d’en discuter avec son médecin qui la référé à un spécialiste. Ce dernier lui a suggéré de subir une intervention chirurgicale. Elle s’est donc rendue à l'hôpital tôt un mercredi matin, et le chirurgien a marqué l’état de ses jambes. Elle a eu une anesthésie générale pour la chirurgie. Donc, je n’ai pas pu avoir les détails de l’opération.

Quand elle a repris connaissance, on lui a servi une tasse de thé et un morceau de pain grillé, puis un ami l'a reconduit à la maison. Elle est restée aliter pendant une semaine et était de retour au travail le lundi suivant. Il n'a pas fallu longtemps pour qu’elle revienne à la vie normale, Dieu merci. « Pour moi, l'opération était vraiment réussie. Mes jambes ont été débarrassées de ces veines horribles ».

En fait, il y a deux ans de cela, les jambes de Marylin ont été utilisées sur la couverture d’un calendrier. Et l’organisation a pu recueillir plus de $ 2500 pour ses activités caritatives. Bravo Marylin !