La fête de ma grand-mère - Lori Robinson

Mon blogue

La fête de ma grand-mère

La fête de ma grand-mère - Lori Robinson

C’est la grande journée que ma mère planifie depuis déjà trois mois !  Eh oui, elle a travaillé fort et longtemps pour préparer la fête de ma grand-mère.  Elle a dû chercher l’adresse de toutes les personnes qu’elle voulait inviter, et c’est un travail ardu, car il y en avait plusieurs avec qui elle avait perdu contact, surtout ses cousins et cousines du côté de son père.  Vu que mon grand-père est décédé avant même que mes parents se rencontrent, la famille ne se visite plus tellement souvent, et moi, je ne les connais pas du tout.  Je voudrais bien les rencontrer, mais ma mère ne veut pas passer trop de temps avec eux, car ils se plaignent continuellement.  C’est long et lourd, devoir passer des heures à n’écouter que des histoires de maladies et de chicanes.  Donc, ma mère préfère couper le contact, et les voir que pour des occasions spéciales, comme celle-ci.

Ensuite, elle a réservé une salle de réception Montreal.  Elle a choisi cette ville, car elle est pas mal centrale pour tout le monde.  Certes, ça veut dire que ma grand-mère devra voyager un peu, mais une de ses filles – donc une de mes tantes – pourra la voyager.  Alors, nous sommes presque certains qu’elle viendra.

La fête est une surprise.  Ma grand-mère croit que nous allons la fêter seulement avec sa petite famille, et non toute la famille élargie, ainsi que quelques-uns de ses amis.  Voilà qui va la rendre heureuse !  Ma mère insiste pour que les 75 ans de ma grand-mère ne passent pas sans être célébrés.

Il y a tellement de monde qui vient au party que nous devons trouver une salle qui peut accommoder plus de 150 personnes.  Le souper n’est pas gratuit, évidemment, et tout le monde doit défrayer le coût de son repas.  Mais, ma mère a pensé à tout le monde et à tous les budgets : il y aura un choix d’assiette et l’option de prendre, soit seulement le plat principal, ou la table d’hôte.  Alors, même ceux qui n’ont pas beaucoup d’argent pourront être présents.

Au moment de l’arrivée de ma grand-mère, je sors de la salle pour aller l’accueillir.  Je lui prends le bras et je la mène dans la salle, qui est au sous-sol d’un grand restaurant.  Je tiens à lui tenir le bras, car elle risque de faire le saut en voyant tout le monde.  On se prépare…  J’ouvre la porte, et…

Ma grand-mère en a les larmes aux yeux.  Elle est tellement contente de ce cadeau, qu’elle ne peut plus parler !  Tant mieux, c’est l’effet voulu !